PRESSE

0-Presse_SOUFFLE_Martin Ferron2018

↓ Cliquez une 2e fois pour agrandir ↓

Martin Ferron Press SOUFFLE

 

Martin Ferron & SOUFFLE à la COMMISSION EUROPÉENNEMartin Ferron à la Commission européenne Italie

Aosta

500 spectateurs enthousiastes pour Martin Ferron à Aosta (Italie) 

 

SOUFFLE - Martin Ferron France-Québec

Nantes en francophonie2018.jpg

image.png

 Reportage de ICI Radio-Canada 

Nous y voyons des extraits de SOUFFLE et du spectacle La folle épopée d’une famille ordinaire. Ce reportage compare la vie culturelle au Québec et en France. 

 


 Martin Ferron – Microphone francophone à TV5 


presse_souffle_martin-ferron_dauphinelibe


TERRE DE L’AUBE 

1.jpg

« Un spectacle de grande qualité … À découvrir ! Un événement musical et vidéo, primé au titre de la Francophonie. » – NELLY SORBIER, Radio France Bleu  – Écoutez  

« Ferron ose un regard artistique sur un thème brûlant d’actualité. Résultat, une réflexion sociale enrobée d’émotions. Une réussite ». – ALINE CARRUPT, Le Nouvelliste (Suisse) – Lire l’article

« J’ai été émue, comme si cette oeuvre m’était racontée personnellement (…). Chansons de haut vol et récit captivant ». – MARIE TRUDEAU, Radio – Canada

« Un spectacle assurément innovant et sans précédent » – GEORGES AUBRY, Le Dauphiné Libéré (France) – Lire

« Un spectacle magnifique. Parce que là-dessus il y a les chansons de Martin Ferron et la voix magnifique de Théophile Ardy. Avec des chansons qui comme les dessins parlent à l’âme… Ce qui, pardi, n’existe pas dans tous les concerts, non ? Seuls les grands jouent dans cette cour là et vendredi soir nous en avions un sous la main… – PIERRE CHAUTARD, St-Rambert webdo 

« Ce roman graphique musical est une évasion poétique totale, mais permet surtout une prise de conscience. Magie et dure réalité ont bercé cette soirée pleine d’émotions. » – LE DAUPHINÉ (Isle d’Abeau)  – Lire

« Le grand public peut apprécier les chansons et les dessins mais, en même temps, retrouver des questionnements fondamentaux sur leur vie personnelle et sur le monde. »  – STÉPHANE BAILLARGEON, Journal Le Devoir (Québec)